Mythe no 1 : Vous devriez commencer l'apprentissage de la propreté lorsque votre enfant a deux ans (plus ou moins).

La vérité, c'est que chaque enfant apprend différemment. L'entraînement au petit pot se passe mieux en présence de ces signes qui montrent que votre enfant est prêt :

  • L'enfant reste au sec durant deux heures et durant ses siestes.
  • L'enfant désire que sa couche soit changée et n'aime pas être dans une couche souillée.
  • L'enfant s'intéresse au petit pot.
  • L'enfant est capable de rester assis de deux à cinq minutes.
  • L'enfant peut enfiler et enlever son pantalon.
  • L'enfant connaît les mots pour pipi et caca.

Mythe no 2 : Il est plus facile d'apprendre aux filles à devenir propres qu'aux garçons.

Les enfants gèrent mieux l'entraînement au petit pot lorsqu'on leur montre comment l'utiliser à l'aide d'instructions illustrées. Les mères ont tendance à s'impliquer davantage que les pères dans l'entraînement au petit pot; il est donc raisonnable de penser que c'est ainsi plus facile pour les filles. La réponse? La réponse? Les pères doivent s'impliquer davantage dans l'entraînement de leurs fils au petit pot.

Mythe no 3 : Les enfants qui refusent de s'entraîner au petit pot devraient être punis.

Il est tentant de punir un refus ou l'insoumission, mais cela se retourne habituellement contre nous lorsqu'il s'agit de l'entraînement au petit pot. Votre enfant a vraiment le contrôle sur son propre corps, et vous ne pouvez pas le forcer à s'entraîner au petit pot. De le punir fera souvent en sorte qu'il vous défiera davantage. Votre enfant pourrait commencer à retenir son urine ou ses selles, ce qui peut engendrer des infections des voies urinaires et de la constipation, parfois grave.

Pour certains enfants, il faut simplement mettre de côté la pression de l'entraînement au petit pot. Pour ces enfants-là, il est préférable d'interrompre l'entraînement et de recommencer lorsqu'ils montreront plus de signes indiquant qu'ils sont prêts ou lorsqu'il y aura moins de stress à la maison (en raison de l'arrivée d'un nouveau bébé, d'un déménagement ou d'un divorce, par exemple). D'autres enfants résisteront à l'entraînement au petit pot pour la simple raison qu'ils le peuvent, le plus souvent lorsqu'ils ont trois ans ou plus. Il est préférable, pour ces enfants-là, de leur laisser le pouvoir en leur disant qu'ils ont le contrôle sur leur corps et en cessant les commentaires, l'incitation ou la pression concernant l'entraînement au petit pot. Généralement, lorsqu'on abandonne les conflits de pouvoir, ces enfants se ressaisissent et commencent à aller au petit pot d'eux-mêmes. En connaissant la personnalité liée à l'apprentissage de la propreté de votre enfant, vous serez plus en mesure de savoir ce qui le motive et ce qui ne le motive pas. En répondant aux questions de notre court test de personnalité, vous aurez une meilleure idée du profil que présente votre enfant lorsqu'il s'agit d'apprentissage de la propreté.

Mythe no 4 : Tous les enfants peuvent réussir l'entraînement au petit pot en une seule journée.

Tous les enfants apprennent différemment. En effet, pour certains, une seule journée peut suffire. Mais pour la grande majorité des enfants, cela prend plus de temps. En fait, il faut en moyenne huit mois aux enfants pour terminer l'entraînement au petit pot, mais le temps nécessaire varie beaucoup d'un enfant à l'autre. Laissez simplement votre enfant prendre les devants et tenez-vous-en à votre plan.

Mythe no 5 : Les enfants qui réussissent à utiliser le petit pot durant la journée devraient automatiquement rester au sec la nuit.

En réalité, l'entraînement au petit pot nocturne n'est même pas un entraînement. Il s'agit d'un problème de nature biologique qui se règle avec la maturité. Supposant que votre enfant n'a aucun problème physique ou de développement qui pourrait affecter sa vessie, des facteurs comme la taille de la vessie, le sommeil profond et la maturité peuvent jouer sur sa capacité à rester sec la nuit. En fait, certaines études montrent que jusqu'à la moitié des enfants de trois ans qui sont propres le jour mouillent encore le lit la nuit. Vous pouvez limiter les fluides avant l'heure du coucher et peut-être réveiller l'enfant à 23 h pour qu'il aille au petit pot. Bien sûr, consultez votre pédiatre si vous êtes inquiet.