Lorsqu'un enfant est réfractaire à l'idée d'aller à la toilette, c'est un signe que vous devez faire une pause dans l'entraînement. Si votre enfant refuse d'aller à la toilette, ou s'il y va à la garderie ou à l'école mais pas à la maison, il s'agit là d'un indice que vous devez arrêter toute lutte de pouvoir. Ce ne sera pas chose facile, mais ça vaut le coup parce que ce genre de conflit risque fort probablement de refaire surface dans d'autres sphères de l'éducation de votre enfant. Dites-lui que vous êtes désolé de lui avoir mis de la pression pour aller à la toilette et qu'à partir de maintenant, il pourra décider lui-même de l'endroit où il voudra faire caca ou pipi. C'est SON corps. Prenez une grande respiration, ne le sermonnez pas et n'exagérez pas. Il le saura si vous êtes semblant. Laissez de côté vos attentes, quelles qu'elles soient, et cheminez ensemble lorsque vous serez tous les deux prêts. Découvrez nos scénarios d'apprentissage de la propreté adaptés aux tortues, aux oursons et aux écureuils pour avoir des idées de phrases à dire à votre petit apprenti récalcitrant. Ça ne veut pas dire qu'il pourra toujours faire à sa tête, quelle que soit l'activité, loin de là. Quoi que vous fassiez, vous ne pouvez gagner cette bataille. Vous pouvez même empirer la situation de bien des façons. Prenez de grandes respirations. Lâchez prise.

Forcer un enfant à aller à la toilette en proférant des menaces, en lui infligeant des punitions ou en utilisant des méthodes coercitives finira par provoquer l'effet contraire au but recherché. Si votre enfant a peur, il est possible qu'il obtempère. Mais ça ne risque que d'être temporaire. Il est plus probable que des conséquences de nature physique ou psychologique s'en suivent, comme de la constipation et d'autres complications. Aussi, si l'enfant ressent trop de pression, il peut avoir l'impression qu'il doit aller à la toilette seulement pour vous faire plaisir (ou pour faire plaisir à son enseignant, à sa grand-maman ou à quelqu'un d'autre). Il n'arrivera pas à éprouver cette sensation de contrôle ni à tirer une fierté de ses réussites.

Que pouvez-vous donc faire, pauvres parents? N'oubliez pas que vous faites équipe avec votre enfant. Laissez passer un peu de temps avant d'essayer de nouveau.